dimanche 29 juillet 2012

Lecture : compte-rendu #1



Du shit et des roses


Auteur : Jacques Broda

Genre : extraits d’articles de l’Humanité

Année de parution : 2010

Avis : Ce recueil d’articles m’a été offert lorsque je travaillais au Salon du Livre de la Fête de l’Huma, il y a trois ans. J’étais vraiment hyper excité par le fait qu’un auteur m’offre son livre et j’avais l’impression que tous ces aller-retour pour offrir du café aux auteurs en dédicaces, d’ailleurs ce sont les auteurs de policiers ou de bande-dessinée qui en consomment le plus, mais aussi ces heures assises à l’accueil à indiquer les toilettes les plus proches au passants n’étaient pas complètement vains. L’écriture est belle et actuelle, une pointe d’onirisme pour des propos tout à fait réels.

Les petits-fils nègres de Vercingétorix


Auteur : Alain Mabanckou

Genre : Roman réaliste/ Drame

Année de parution : 2002

Édition : Points, le serpent à plume

Quatrième de couverture
 « Ancienne colonie d’Afrique centrale, la république du Viétongo est en proie à une terrible guerre civile. Le président Kabouya a perdu le pouvoir après un coup d’Etat, et Vercingétorix, le chef rebelle, se lance dans une entreprise de reconquête. Fuyant les violences avec sa fille, Hortense Iloki relate dans son journal les événements de cette guerre et reconstitue son passé en miettes. »

Avis : Ce livre est le deuxième que j’avais à lire pour un cours. Tout comme pour Rien ne s’oppose à la nuit, j’ai apprécié cette lecture. Le choix d’un point de vue très personnel amplifié par l’écriture sous forme de Journal intime, permet de comprendre l’Histoire générale du conflit en Afrique.


Quatre mariages et un enterrement


Auteur : Philip O’Connor

Novélisation de : Quatre mariage et un enterrement de Mike Newell, scenario de Richard Curtis

Genre : Comédie

Année de parution : 1995

Édition : Pocket, les archipels

Traduction de l’anglais : Olivier Mannoni

Quatrième de couverture
"Séducteur-né, Charles, trente-deux ans, vole de conquête en conquête. Désinvolte et bien trop « british » pour exprimer ses sentiments, ce « monogame en série » commence cependant à s’interroger. Autour de lui, les amriages se multiplient de façon inquiétante. Ces festivités sont l’occasion de retrouver son petit cercle d’intimes : Fiona, belle brune à l’humour acide qui lui voue un amour secret ; Tom l’aristocrate fortuné ; Gareth, colosse « gay » débordant de malice et de vitalité ; Matthew, son jeune et discret compagnon, Scarlett, impétueuse punkette à la recherche de l’âme sœur. »

Avis : je n’avais pas compris qu’il s’agissait d’une novélisation, et je reste sur mon avis, ce principe n’est pas bon. On n’apprend rien de nouveau. Charles parait véritablement désagréable. L’humour en devient moyen. Bref, il ne faut pas le lire en somme.


La tour des anges. A la croisée des mondes II.


Auteur : Philip Pullman

Genre : fantastique/merveilleux

Année de parution : 1997

Édition : Folio junior

Traduction de l’anglais : Jean Esch

Quatrième de couverture
« Le jeune Will, à la recherche de son père disparu depuis de longues années est persuadé d’avoir tué un homme. Dans sa fuite, il franchit une brèche presque invisible qui lui permet de passer dans un monde parallèle. Là, à citta gazze, la ville au-delà de l’Aurore il rencontre Lyra. Ensemble, les deux enfants devront lutter contre les forces obscures du mal et, pour accomplir leur quête, pénétrer dans la mystérieuse tour des anges. »

Avis : Je n’avais pas lu cette série plus jeune et je ne regrette pas de la lire maintenant car derrière toutes ces histoires de mondes parallèles, qui sont plutôt bien faites, se cache une réflexion sur la religion. Pourquoi est-elle comme ça ?  N’y aurait-il pas des choses à remettre en cause ? Et ce sont des sujets qui m’intéressent en ce moment.

Les gouttes de Dieu tome 1


Auteurs : Takashi AGI et Shu OKIMOTO

Genre : Seinen

Année de parution : 2008

Édition : Glénat

Traduction du Japonais : Anne-sophie Thevenon

Quatrième de couverture
« Fils d’un œnologue reconnu Shizuku Kanaki n’a aucun goût pour le vin. Malheureusement son père meurt et, alors qu’il pensait profiter tranquillement de son héritage, il découvre qu’il a un frère adoptif. Pire, le testament de son père les met au défi de découvrir douze grands crus ainsi que le meilleur de tous, Les Gouttes de Dieu. Voilà, Shizuku lancé sur un enquête d’un nouveau genre, au beau milieu des vins, des cépages et des saveurs. »

Avis : L’œnologie pour les nuls. J’ai beaucoup entendu parler de ce manga cette année et je dois avouer que mon gout pour le vin fait que cela m’intriguait. Il ne se passe pas grand-chose (comme dans la plupart des mangas il faut lire plusieurs tomes pour qu’il se passe quoi que ce soit) mais la sensation et le plaisir procuré par le vin y est bien décrit. Les dessins sont beaux. Cela fait plaisir à lire même si cela n’apporte pas grand-chose.

2 commentaires:

  1. cool!

    http://underthefluorescents.blogspot.com/

    RépondreSupprimer
  2. Super post! Tres interessant!

    Angela Donava
    http://www.lookbooks.fr

    RépondreSupprimer